Contenu et SEO, pourquoi privilégier la qualité à la quantité ?

Du contenu pour servir une stratégie marketing plus large

La création de contenus de qualité fait partie d’une technique marketing plus large que l’optimisation SEO elle-même. Il s’agit d’une part essentielle de l’Inbound Marketing qui consiste à séduire les utilisateurs ou prospects pour les amener à s’intéresser à vos produits et services. Elle s’oppose à l’Outbound Marketing qui consiste à les capter au moyen de techniques de push comme les emailings, les différentes options de publicité online, etc.

Le contenu est l’axe le plus utile à travailler pour le SEO

Le contenu d’un site est le principal élément sur lequel il est possible d’agir pour améliorer le trafic en provenance de Google.

En effet, l’aspect technique du SEO est éventuellement un frein mais ce n’est plus un atout pour le positionnement d’une page. Le gain d’une optimisation technique est donc marginal tant que l’on n’oppose pas de contraintes à la bonne indexation du site et à la rapidité de navigation des internautes.

Par ailleurs, la notoriété conférée à un site ou à une page n’est pas l’axe le plus facile à travailler car il ne dépend pas que de vous mais également des liens que voudront bien générer d’autres personnes vers votre site. En outre, ces liens seront d’autant plus nombreux que le site disposera de contenus intéressants… La boucle est bouclée.

Au fil des années Google a augmenté ses attentes en terme de qualité de contenu

Dans la décennie précédente, les techniques SEO consistaient à générer le plus de pages de contenu possible pour capter un maximum de trafic, le tout évidemment au détriment de la qualité. En comptant sur la long tail, c’est-à-dire les très nombreuses requêtes à plusieurs mots-clés, ces pages étaient en mesure de ramener un trafic conséquent.

long tail ou longue traine SEO

Sources : https://seositecheckup.com/

Mais depuis plusieurs années, Google a mis en place des filtres de plus en plus sophistiqués pour ignorer les contenus de pauvre qualité et en diminuer plus ou moins fortement le classement.

Le moteur a également mis en place des stratégies d’analyse de contenus qui considèrent le champ sémantique de la page dans son ensemble et plus seulement autour des principaux mots clés. Auparavant, il pouvait être utile de créer des pages pour chaque mot-clé dans un même champ sémantique. C’est désormais devenu en grande partie inutile, Google sachant positionner une page même si la requête ne coïncide pas exactement avec son Title ou son mot-clé cible.

Aujourd’hui, il devient donc contre-productif de créer de nombreux articles avec une qualité faible ou même moyenne car dans un contexte sémantique normal à fort, elles ne ressortiront pas dans le haut des résultats de recherche. Le coût nécessaire à la production de ces contenus sera donc toujours trop important.

Les critères à respecter pour donner le maximum de chances à ses contenus

Pour espérer voir une page ressortir suffisamment haut dans les résultats de recherche, il faut donc lui donner le maximum de chances :

  • Un contenu original, suffisamment long et pertinent, et très bien structuré,
  • Si possible des médias complémentaires originaux, en rapport avec ce contenu (images, vidéos, PDF, etc.)
  • Des liens entrants directement sur la page, sollicités par les partages sur les réseaux sociaux mais aussi depuis d’autres sites / pages, si possible évoluant dans le même champ sémantique,
  • Des commentaires, des avis ou disons plus généralement des interactions avec les internautes,
  • Un taux de rebond faible depuis les résultats de recherche et un temps passé suffisamment long pour conforter Google dans son choix de vous avoir positionné haut dans ses résultats. Ce dernier point sous-tend tous les autres.

La notion de « contenu original, pertinent et bien structuré » qui est à la base du travail est précisée à travers le schéma ci-dessous :

qualite contenu seo

Source : https://www.marketsnare.com/

Étant donné le travail à réaliser, il est aisé de comprendre qu’il est préférable de passer du temps sur une seule page qui performe plutôt que sur plusieurs qui seront ignorées.

Dernièrement, j’ai pu observer des sites se positionner sur des requêtes majeures, c’est-à-dire extrêmement concurrentielles, alors qu’ils ne disposent que 3 ou 4 dizaines de pages au total.

Ces pages ont la particularité de disposer de contenus extrêmement riches, contenant de 3 000 à 6 000 mots (c’est-à-dire de 10 à 20 pages Word) et de respecter les contraintes citées précédemment. Je précise que ce volume de mots ne doit pas être la référence, c’est bien la pertinence du contenu qui doit primer…

 Une question ? Un projet ? Contactez-nous ! N° vert : 0 805 960 360 appel gratuit depuis un poste fixe Contactez-nous