Google Shopping, comment ça marche ?

Importer son flux avec les 14 attributs obligatoires sur Google Shopping

Pour tout savoir de Google Shopping, inscrivez-vous à la conférence sur Webikeo le 10 mai à 11h15.

 

 


Maintenant que nous avons compris quels étaient les enjeux business de Google Shopping dans cet article, nous allons désormais mettre en place une campagne Google Shopping. Pour cela, 2 étapes :

  1. Créer un compte Google Merchant Center et y télécharger son catalogue produit
  2. Créer sa campagne publicitaire Google Shopping dans Google Adwords

Attendez, je ne comprends plus ! Pourquoi parlons-nous de 3 plateformes différentes ?


 

Depuis le mois de juin 2013, Google Shopping, Merchant Center et Google Adwords vont de pair. Clarifions tout cela :

  • Google Merchant Center: c’est la plateforme qui vous permet d’envoyer votre fichier produit à Google. C’est sur Merchant Center que vous gérez vos flux de produits. C’est un peu comme le back-office de Google Shopping.
  • Google Adwords: les annonces Google Shopping sont de la publicité qui apparaît dans les résultats de recherche. C’est pourquoi, vous y gérez vos campagnes au sein de Google Adwords. C’est également ici que vous affectez le budget quotidien, CPC…

Vous devez associer vos comptes Adwords et Merchant Center pour que les produits soient présentés sur Google Shopping.

 

  • Google Shopping: c’est le nom du comparateur de prix de Google. Mais vous n’avez pas de « compte Google Shopping ».

Schéma Google Merchant Center

Créer un compte Google Merchant Center et y télécharger son catalogue produit

Préalables

La création de votre compte Merchant Center est très simple, il vous suffit de remplir quelques informations sur votre entreprise et de vérifier que votre site répond aux conditions requises par Google.

Ensuite, votre présence sur Google Shopping dépend de l’envoi d’un fichier (flux) dans Google Merchant Center. La qualité de votre flux fera en grande partie le succès de votre campagne.  Après avoir donné un nom à votre flux et avoir choisi le pays ciblé, Google vous propose 3 modèles d’importation de votre catalogue produit :

  • Utiliser une feuille de calcul Google Sheets: Il s’agit ni plus ni moins, d’un tableau de données concernant vos articles. Une fois vos produits importés, votre flux reste actif 1 mois. Passé ce délai, Google vous demande de mettre à jour votre flux.

Feuille Google Merchant Center

 

  • Récupérations planifiées: dans ce modèle, vous hébergez votre fichier de produits (format .txt .xml …) sur votre site web et vous déterminez directement la fréquence de mise à jour du flux.
  • Importations régulières de votre fichier en local

 

Les 14 informations de base obligatoires sur Google Shopping

Pour chaque article, vous devez envoyer une série d’informations à Google. Mais attention, l’entreprise de la Silicon Valley ne rigole pas avec les données que vous lui fournissez. Ces dernières doivent respecter un formalisme propre à Google, faute de quoi, votre produit ou votre flux tout entier peut être refusé.

Petits points de précisions avant de commencer :

  • Vos titres de colonnes peuvent être en français ou en [anglais]. Si vous choisissez [anglais], les attributs doivent également en anglais.
  • Pour plus d’informations sur toutes les spécifications techniques, rendez-vous ici : https://support.google.com/merchants/answer/188494?hl=fr

1 – Identifiant [id]

L’identifiant de chacun de vos produits doit être unique. C’est-à-dire qu’un même identifiant ne peut être repris dans plusieurs flux produits. 1 produit = 1 id.

Par exemple si vous avez 2 flux de 100 produits chacun. Le premier pour la marque Nike et le second pour Adidas. Si vous utilisez une numérotation de 1 à 100 pour les produits de la marque Nike, dans votre deuxième flux, vous ne pourrez réutiliser ces chiffres. La logique voudrait que votre premier produit Adidas ait l’id 101.

Pour plus de simplicité, la plupart des marchands utilisent leur code article.

2- Titre [title]

Le titre correspond au nom/désignation de votre article. Le titre apparait dans les résultats de recherche (SERPs) de Google, veillez à ce qu’il soit le plus clair possible et réponde au plus près à la requête de l’internaute. La mention des caractéristiques du type « taille, couleur … » est évidemment un plus.

En revanche, vous ne pouvez ajouter de message promotionnel dans votre titre (« frais de port offerts ») ni abuser de lettres majuscules.

3 – Description [description]

La description est particulièrement importante parce que Google croise la requête tapée par l’internaute avec la description des annonceurs pour afficher les résultats les plus pertinents. La présence de mots-clés est donc très recommandée. La description de votre produit doit être pertinente et ne pourra excéder 5000 caractères.

Le plus simple est évidement de reprendre la description du produit présente sur votre site web, mais veillez à supprimer les éventuelles liens hypertextes, informations de facturation et autres textes promotionnels.

4 – Lien [link]

Il s’agit de la page de destination sur laquelle l’internaute atterrira lorsqu’il aura cliqué sur votre produit dans Google Shopping.

Je vous conseille d’ailleurs d’intégrer du tracking à vos URL, ce qui vous permettra de suivre avec précision vos résultats dans Google Analytics. Voici un exemple de bonne pratique :

http://www.nomdedomaine.com/nom-du-produit/?utm_source=GoogleShopping&utm-medium=famille-produit&utm_campaign=ID-produit

Exemple concret :

http://www.lacasserolerie.com/A-3778-couteau-de-chef-ceramique-lame-blanche-14-cm-kyocera.aspx?utm_source=GoogleShopping&utm_medium=Coutellerie&utm_campaign=FK-140WH

5- Lien image [image link]

Cet attribut vous permet de renseigner l’URL de l’image principale de votre produit. Si vos produits disposent également « d’images secondaires », vous pouvez également les rajouter via un champ optionnel « lien image supplémentaire » [additional_image_link].

D’un point de vue technique, il est recommandé d’utiliser des images d’un minimum de 32×32 pixels, mais il est recommandé d’avoir au minimum 800×800 pixels. Attention tout de même à ne pas dépasser un poids de 4Mo.

6- Etat [condition]

Pas beaucoup de possibilités pour cet attribut puisque vous n’avez que 3 valeurs disponibles :

  • Neuf [new]
  • Occasion [used]
  • Reconditionné [refurbished] : un produit peut être considéré comme reconditionné s’il a été remis en état de marche par un professionnel.

Pour ce champ, faites bien attention à l’orthographe des mots que vous utilisez. Si vous rajoutez un « s » à « neuf » ou vous oublier un « c » à « occasion », votre produit sera refusé. Vous devrez également être tout aussi vigilant pour les attributs suivants : Disponibilité, Prix, Google catégorie et Livraison.

7 – Disponibilité [availability]

Même chose que pour l’état, nous n’avons que 3 choix possibles. Ici, veillez à bien mettre à jour votre flux de produits régulièrement. Si votre état de stock change pour un produit, vous devez le reporter dans votre compte Merchant Center sous peine de voir votre produit refusé

  • En stock [in stock]
  • Non disponible [out of stock]
  • Précommande [preorder]

8 – Prix [price]

Les prix de vos produits doivent être visibles et facilement identifiables pour vos internautes. Mais surtout, veillez ici à bien respecter la mise en forme de Google.

18.96 EUR

Pas de virgule entre les chiffres, pas de « € » ni de « euros ».

 


9 – Marque [brand]

Un seul point particulier pour la marque : vous ne pouvez écrire le nom de votre enseigne sauf si c’est effectivement vous le fabricant du produit en question.

10 – Gtin [gtin]

Il s’agit généralement du code-barres de vos produits. Pour l’Europe, on utilise le code EAN (GTIN-13) qui est composé de 13 chiffres du type 3515560045738.

11 – Référence fabricant [mpn] 

En complément du GTIN, la référence fabricant est un attribut obligatoire issu de la dénomination propre au fabricant.

 

Les 3 attributs Marque, GTIN et Référence fabricant permettent de donner à votre article un code produit unique à l’international.

Il faut savoir que vous n’êtes pas obligé d’avoir les 3 champs renseignés. Seuls deux suffisent pour permettre à votre produit d’être présent sur Google Shopping. C’est la raison pour laquelle, lorsque vous n’êtes pas certain de la validité de vos codes GTIN, laissez la case vide !


 

12 – Catégorie de produits Google [google product category]

Vous devez spécifier une catégorie à chacun de vos produits selon la classification de produits établie par Google. Voir le tableau ici : https://support.google.com/merchants/answer/1705911

Catégorie de produits Google

L’intérêt est de permettre à Google d’avoir une meilleure connaissance de vos produits, ce qui vous permet entre autres de rendre vos enchères par catégories plus précises.

Il n’est pas rare que vos produits appartiennent à plusieurs catégories. Dans ce cas, vous ne devez choisir qu’une seule et unique catégorie, donc choisissez la plus pertinente.

D’un point de vue technique, voici la manière dont vous devez renseigner votre champ :

Alimentation, boissons et tabac > Aliments > Boulangerie > Cookies

Vous devez préciser le chemin complet avec des « > » en guise de séparation. Si vous n’avez pas envie de passer votre journée à rechercher LA meilleure catégorie possible pour chacun de vos 10 000 produits, vous avez parfaitement le droit de renseigner une catégorie générique (Alimentation, boissons et tabac). C’est plus rapide, par contre l’information que vous fournissez à Google est de moins bonne qualité.

13 – Catégorie [product_type]

L’objectif de cet attribut est identique au précédent. La différence est que cette fois, vous pouvez affecter une catégorie à vos produis selon vos envies. Vous n’avez pas de contrainte.

14 – Livraison [shipping]

L’attribut livraison vous permet d’indiquer le montant des frais de port pour chacun de vos produits. Vous avez souvent une politique de franco de port à partir de « X € ». Le plus simple est d’identifier les produits dont le prix est supérieur au franco de port et de leur attribuer un montant de livraison à 0.00 EUR. Pour les autres, affectez le tarif de livraison standard. L’idée est d’apporter la meilleure information possible à l’internaute.

Vous devez également spécifier le pays de livraison et deux champs facultatifs sont à votre disposition pour le code postal (uniquement pour les USA, Australie et Japon) et le service de livraison.

Exemple : si votre produit coûte 85 € et que votre franco de port est à 50 €, alors voici ce que vous devez écrire de manière standard:

  • FR:0.00 EUR ou
  • FR:::0.00 EUR

Attention : En fonction de votre typologie de produit, Google vous demandera d’autres attributs obligatoires. Par exemple dans le prêt-à-porter, on vous obligera à renseigner des informations de type sexe, âge, taille et coloris. Si l’une de ces informations est manquante, votre produit ne sera pas diffusé.


Créer sa campagne Google Shopping dans Adwords

Le plus dur est passé ! Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur Google Adwords pour terminer le travail.

La création de la campagne Shopping sur Adwords n’est pas différente des autres. Vous allez déterminer un budget quotidien, mais également un CPC. Cet élément est très important puisqu’il s’agit de votre enchère, donc du coût maximum que vous êtes prêt à dépenser pour chaque clic sur vos annonces/produit. Le CPC étant affecté au niveau de la campagne, cela signifie que tous les produits du flux auront le même CPC maximum.

C’est la raison pour laquelle on conseille généralement de segmenter votre catalogue produit en plusieurs flux.

Campagne Google Shopping dans Adwords

 

Voilà ! Vous avez désormais tous les éléments en main pour créer votre première campagne Google Shopping. Mais avant de vous lancer dans l’aventure, n’oubliez pas que votre flux doit aussi être en phase avec votre stratégie commerciale.

Concrètement, vous allez choisir de lancer des produits sur Google Shopping pour amener du nouveau client, mais à moins d’avoir une approche de discounter, c’est rare d’être le moins cher partout. Et ce n’est pas forcément souhaitable. Finalement, le meilleur moyen de perdre de l’argent sur Google Shopping, c’est d’envoyer tout votre catalogue produit sans réfléchir à votre stratégie commerciale et tarifaire.

Pensez-y avant de créer votre flux.

Pour tout savoir de Google Shopping, inscrivez-vous à la conférence sur Webikeo le 10 mai à 11h15.

 

 

 Une question ? Un projet ? Contactez-nous ! N° vert : 0 805 960 360 appel gratuit depuis un poste fixe Contactez-nous