Recherche vocale : 6 techniques de SEO vocal en 2019

La recherche vocale et le SEO vocal sont perçus comme le futur de la recherche sur internet. Pourtant, la grande majorité des entreprises travaillent très peu (si ce n’est pas du tout) leur référencement vocal.

Les chiffres sont tombés au début du mois d’avril dernier. Selon une étude d’Uberall, sur plus de 73 000 établissements, seuls 4% d’entre eux seraient préparés et optimisés pour la recherche vocale. Vous vous en doutez, la marge de progression est importante. L’étude porte sur des entreprises américaines, certes, mais la situation en France ne doit pas être plus brillante.

Vous avez donc tout intérêt à vous intéresser à la recherche vocale pour faire la différence face à vos concurrents.

 

Qu’est-ce que le SEO vocal ?

Le SEO vocal est tout simplement le référencement naturel appliqué à la recherche vocale. Il consiste à bien référencer un site web sur des recherches vocales.

Quant à la recherche vocale, elle consiste à effectuer des recherches avec la voix, à l’aide de microphones et de logiciels de reconnaissance vocale. Les logiciels vont retranscrire la voix humaine en texte, ce qui va leur permettre d’utiliser ce même texte pour faire une requête sur les moteurs de recherches. Concrètement, la machine tape dans la barre de recherche les mots sortis de notre bouche. C’est aussi simple que cela.

 

Pourquoi se soucier du SEO vocal ?

Il faut se soucier du SEO vocal car la recherche vocale est amenée à occuper une place de plus en plus importante dans le futur.

Tout d’abord, selon une récente étude de Microsoft, 72% des internautes utilise la recherche vocale via les assistants vocaux dans leur vie de tous les jours. Inutile de préciser qu’avec un tel engouement, la recherche vocale a un bel avenir devant elle.

En France, pour se faire une idée concrète de son évolution, on peut faire un tour du côté des enceintes connectées (Google Home, Amazon Echo, Home Pod, etc.) et des assistants vocaux. Le marché français des enceintes connectées est encore naissant mais il est prometteur. En 2018, une étude de GFK France a révélé que 54% des français se disaient très intéressés par ces appareils. Elle estimait aussi à 600 000 le nombre d’enceintes vendues la même année. De son côté, l’usage des assistants vocaux est en plein boom. Selon une étude réalisée par Search Foresight, 60% des français feraient fréquemment appel à l’assistance vocale pour effectuer des recherches sur internet.

 

Quelle différence avec une recherche classique ?

La différence avec une recherche classique est d’abord le canal utilisé. Dans le cas d’une recherche classique, il s’agit de l’écriture. Pour la recherche vocale, c’est bien entendu la voix. Cependant, ce n’est pas la seule différence. Lors d’une recherche vocale, comme l’utilisateur pose directement des questions à la machine, les requêtes sont naturellement plus longues que pour une recherche classique.

Prenons l’exemple d’un internaute qui recherche une boulangerie proche de chez lui. Lors d’une recherche classique, les mots tapés dans la barre de recherche seront très probablement « boulangerie » suivi du nom de la ville où il réside. Mais s’il fait le choix d’utiliser la recherche vocale, sa requête sera différente. À son assistant vocal, il posera probablement une question du style : « Où trouver une boulangerie près de chez moi ? ». La machine retranscrira alors ses paroles en texte dans la barre de recherche et, comme les mots utilisés sont différents, les résultats peuvent être variables.

Pour vous adapter à ce mode de recherche grandissant et développer votre activité, nous vous proposons plusieurs techniques.

 

Résumé des techniques de SEO vocal

  1. Donner des réponses simples et courtes aux internautes
  2. Optimiser votre référencement local
  3. Choisir un site « mobile-friendly »
  4. Booster la vitesse de votre site
  5. Passer votre site en HTTPS
  6. Améliorer votre « autorité de domaine »

 

6 techniques pour optimiser votre SEO local

1. Donnez des réponses simples et courtes

Lorsque les internautes recherchent des informations à l’aide d’une commande vocale, ils s’adressent à la machine comme à un véritable être humain. Ils lui posent des questions. Cela induit donc deux choses.

Premièrement, la requête est plus longue, ce qui signifie qu’il faut travailler sur des mots-clés de longue traîne, avec notamment des adverbes interrogatifs (qui, comment, où, pourquoi, etc.). Mais cela signifie aussi que devez donner des réponses simples et courtes. En effet, lorsque nous posons une question à quelqu’un, nous attendons une réponse simple et rapide de sa part. C’est seulement dans un second temps, si le sujet nous intéresse, que nous allons lui demander des précisions.

Pour faire de même, vous devez créer du contenu « conversationnel », c’est-à-dire du contenu qui réponde aux questions comme dans un dialogue. Dans un premier temps, il est intéressant de reprendre dans vos contenus les questions posées. Vous devez ensuite y répondre de façon claire et concise, en évitant le vocabulaire trop technique et en reprenant leurs intitulés. Pour plus de clarté, nous vous conseillons également de bien structurer vos articles. N’hésitez pas à les segmenter en plusieurs étapes, à mettre un mini-sommaire au début, à utiliser différents niveaux de titre, des listes à puces, etc.

Par exemple, pour répondre à un internaute qui demande à son assistant vocal : « Comment utiliser un grille-pain ? », l’idéal est de reprendre la question dans le titre et d’y répondre dès le premier paragraphe de texte, en moins de 30 mots. C’est justement le cas pour la page du site wikiHow qui arrive en tête des résultats pour cette requête.

Comme vous pouvez le constater, la question « Comment utiliser un grille-pain » se trouve dans le titre et la réponse est écrite juste après, dès le premier paragraphe, de façon simple et concise. Ensuite, si l’internaute souhaite plus de détails, libre à lui de consulter les différentes étapes.

Mais attention ! Répondre aux questions de manière concise ne signifie pas que vous devez écrire des articles courts ! La longueur du contenu est toujours un critère important pour Google. Vous devez écrire des articles longs, avec le plus de mots possibles. Mais vous devez le faire avec des phrases courtes, du vocabulaire simple et en apportant l’information recherchée dès le début de l’article (idéalement juste après le titre) pour répondre rapidement à l’internaute.

Vous pouvez également créer une page FAQ pour des questions générales qui n’ont pas besoin d’être traitées dans de longs articles (frais de port, conditions générales de vente, etc.) en complément de vos autres pages de contenu qui répondent à des questions spécifiques (caractéristiques, choix, utilisation de vos produits, etc.)

Voici quelques exemples de contenu que vous pouvez créer :

  • Des guides d’information sur vos produits
  • Des guides d’achat (« Comment bien choisir… »)
  • Des guides d’utilisation (« Comment bien utiliser… »)
  • Des guides d’entretien
  • Des tutoriels (« Comment faire… »)

Il existe plusieurs outils pour vous donner des idées de contenu et de mots-clés de longue traîne. L’un des plus utilisés par les webmasters est le planificateur de mots-clés de Google Ads. Celui-ci permet notamment de connaître le volume de recherche estimé pour un mot-clé ainsi que la concurrence sur celui-ci. Dans un autre genre, Answer the Public est un outil particulièrement intéressant. En lui donnant vos mots-clés, celui-ci va vous suggérer des idées de contenu en se basant sur des adverbes interrogatifs. Non content d’être gratuit, il peut aussi vous faire gagner un temps précieux !

Voici une liste d’idées de contenu fournie par Answer the Public pour les grille-pains.

 

2. Optimisez votre référencement local

Selon une étude de BrightLocal, en 2018, près de 60% des consommateurs ont utilisé la recherche vocale pour trouver des informations sur des entreprises proches de chez eux. Et parmi les utilisateurs réguliers de ce type de recherche, 46 % recherchaient quotidiennement des établissements locaux. La recherche vocale a donc une place importante dans la recherche locale. Pour en profiter, il faut bien sûr travailler sur votre SEO local.

L’outil le plus largement utilisé pour le SEO local est Google My Business. Pour optimiser la présence de votre entreprise dans les résultats locaux, vous devez renseigner le plus de champs possibles de votre fiche Google My Business et tenir celle-ci actualisée en permanence. Au cas où vous n’êtes pas familier avec cet outil, il s’agit de ce petit encart qui apparaît à droite sur les pages de résultats, lorsque vous tapez le nom d’un établissement.

A titre d’exemple, voici la fiche de votre spécialiste de l’omnicanal.

Parmi les critères qui favorisent le plus le référencement local, on retrouve évidemment l’emplacement de l’entreprise. En effet, lors de requêtes du type « près de moi », la géolocalisation est de mise. Vous devez donc bien renseigner l’emplacement de votre entreprise sur votre fiche. Ainsi, vous pourrez faire la différence lorsque des internautes rechercheront une entreprise comme la vôtre à une échelle locale. Mais ce n’est pas tout ! Vous devez aussi veiller à inclure le nom de votre ville (voire de votre quartier) dans vos pages de contenu, lorsqu’il est pertinent de le préciser.

Premièrement, nous vous conseillons d’utiliser votre nom de domaine comme identifiant de connexion. Ensuite, dans la fiche de votre entreprise, vous devez inscrire :

  • L’adresse exacte
  • Le numéro de téléphone
  • Les horaires d’ouverture (sans oublier de préciser les jours fériés)
  • La catégorie (choisissez la catégorie qui définit le mieux votre entreprise)
  • Quelques photos de qualité (son logo, ses produits, ses locaux, son personnel, etc.)
  • Une description avec vos mots-clés
  • Un lien vers le site web

Enfin, essayez de collecter le plus d’avis possible sur la fiche de votre entreprise. Bien entendu, les notes doivent être le plus élevé possible pour donner envie aux internautes de vous contacter. Pour cela, vous pouvez tout simplement demander à vos clients satisfaits de laisser une bonne note et d’écrire un commentaire positif sur votre entreprise. Cela ne mange pas de pain et votre référencement local n’en sera que meilleur !

Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter notre précédent article sur le référencement local.

 

3. Optez pour un site « mobile-friendly »

Depuis la généralisation de son index Mobile First, Google privilégie les sites « mobile-friendly » (les sites adaptés aux supports mobiles) dans les résultats de recherche. Il pénalise par la même occasion ceux qui ne le sont pas. Comme l’utilisation de l’internet sur smartphone a littéralement explosé ces dernières années, Google n’avait pas d’autre choix que de suivre la tendance ! Rien que l’an dernier, 58% des visites de site étaient effectuées via des supports mobiles (smartphones ou tablettes).

Pourtant, dans les faits, le passage au support mobile est plutôt à deux vitesses. Dans une étude réalisée par Canonicalized, environ 24% des sites les plus populaires du web ne sont toujours pas mobile-friendly. Et comme 20% des recherches sur mobiles sont des recherches vocales, vous pouvez être sûr qu’un site qui n’est pas mobile-friendly se tire une balle dans le pied s’il souhaite développer son trafic vocal.

Pour vérifier si votre site est mobile-friendly, nous vous conseillons d’utiliser l’outil de test mobile de la Search Console. Il en existe d’autres que nous vous laissons découvrir, dont certains qui ont été traités dans un précédent article sur l’index mobile first.

 

4. Boostez la vitesse de votre site

Saviez-vous qu’Amazon perdrait chaque année 1,6 milliard de dollars si leur site prenait seulement une seconde de plus à se charger ? En plus d’être un critère SEO important, la vitesse de votre site a un impact direct sur votre activité !

Quand les internautes utilisent la recherche vocale, ils veulent accéder aux informations qui les intéressent le plus rapidement possible, sans aucun temps de chargement. La recherche vocale se prête particulièrement bien à ce besoin car elle permet aux internautes pressés, en mouvement ou absorbés par d’autres tâches d’effectuer des recherches.

Pour répondre à ce besoin de rapidité, les sites web doivent bien sûr se charger et s’afficher le plus rapidement possible. En effet, le dieu Google ne se permettra pas d’attendre votre site web si celui-ci est trop lent à se charger ! Votre site doit s’afficher le plus rapidement possible pour que Google puisse inspecter votre contenu le plus rapidement possible et, si votre site est pertinent pour une recherche, le mettre immédiatement à disposition de l’internaute !

Une page bien référencée pour la recherche se charge en 4,6 secondes en moyenne, ce qui est 52% plus rapide que la moyenne des autres pages. Si vous voulez faire la différence face à vos concurrents, vous devez donc vous assurer que votre site se charge en 4,6 secondes ou moins !

Vous vous demandez si votre site est assez rapide pour satisfaire les recherches vocales ? Vous pouvez faire le test grâce à l’outil Page Speed Insights proposé par Google ! Il vous suffit d’entrer l’adresse de votre site et la machine se charge d’effectuer l’audit de votre site et de vous faire des recommandations pour améliorer votre score.

A titre d’exemple, voici le test de vitesse réalisé pour le site de l’un de nos clients.

 

5. Sécurisez votre site avec HTTPS

Le fait que votre site soit considéré comme sécurisé peut jouer un rôle important dans votre référencement vocal. En effet, toujours selon l’étude de Backlinko, 70% des sites dans les résultats de recherche vocale sont des sites sécurisés par HTTPS. La présence du HTTPS dans l’adresse d’un site est quelque chose de bien vu par Google, puisque ce dernier encourage sa mise en place. Mais il s’agit aussi d’un critère de rassurance pour les internautes.

Pour accroître vos chances d’apparaître dans les résultats vocaux, vous devez donc vous doter de l’un des fameux certificats permettant de passer votre site en HTTPS. Cependant, il est important de bien se renseigner avant l’achat d’un tel certificat. Les prix proposés par certains fournisseurs peuvent être très variables et ce sans aucune véritable transparence sur le produit en lui-même. Nous vous recommandons de bien vous renseigner sur le sujet avant de mettre la main à la poche.

 

6. Améliorez votre “autorité de domaine”

En tant que professionnel de votre secteur, du fait de votre expertise, vous pouvez certainement apporter des réponses qualitatives aux questions des internautes. Cependant, avec la multitude de sites qu’il y a aujourd’hui, tout le monde ne le sait pas. Et encore moins Google. Or, pour que ce dernier vous mette en avant, vous devez lui prouver que vous êtes bel et bien un site de qualité !

Pour Google, un site de qualité est avant tout un site qui répond de manière exacte aux questions des internautes. Pour cela, il se base sur un indicateur intitulé « Domain Authority » (« autorité de domaine » dans la langue de Molière). Celui-ci mesure la qualité d’un site sur une échelle de 0 à 100. Plus un site est proche de 100, plus Google le considère comme un site de confiance.

Selon une étude du site Backlinko, les sites qui arrivent dans les résultats de recherche vocale ont un DA moyen de 76,8. Il s’agit d’un score très élevé pour ne pas dire énorme. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’un site ayant un DA entre 40 et 60 est déjà bien installé et très bien vu par Google. Il est donc tout à fait possible pour vous, à condition de vous retrousser les manches et d’être patient, d’arriver dans les premiers résultats de recherche vocale grâce à votre autorité de domaine !

Pour améliorer la qualité de votre site, cela tombe bien, il faut appliquer tout ce que l’on a déjà évoqué précédemment. Il faut avoir un site sécurisé, mobile-friendly, qui se charge rapidement, avec du contenu de qualité, etc. Mais il y a un sujet très important que nous n’avons pas encore évoqué : les liens. En effet, pour Google, un site de qualité est un site vers lequel il y a beaucoup de liens. Pour lui, s’il y a beaucoup de liens vers un site, c’est parce que son contenu est de qualité et plaît aux internautes. Cependant, les liens ne doivent pas seulement être nombreux ! Pour vraiment améliorer la qualité de votre site, ceux-ci doivent provenir le plus possible de sites ayant un DA élevé et un thème commun au vôtre.

Par exemple, si vous êtes un fabricant de chaussures de luxe, vous n’avez absolument aucun intérêt à obtenir un lien sur le site d’un paysagiste ou d’une boulangerie locale ! En revanche, si le site d’une grande marque de luxe fait un lien vers le vôtre, cela améliorera à coup sûr la qualité de votre site aux yeux de Google.

Sur vos réseaux sociaux, vous devez également accroître le nombre de partages de vos publications, leur nombre de likes et votre nombre d’abonnés. Pour cela, assurez-vous de publier du contenu qui intéresse l’internaute de façon régulière.

 

Conclusion

Vous connaissez désormais quelques techniques pour optimiser votre site web pour la recherche vocale. Pour faire un rapide résumé de ce qui a été dit dans cet article, vous devez :

  1. Rédiger des réponses courtes (moins de 30 mots par phrase), avec du vocabulaire simple, dès le premier paragraphe de texte (juste après le titre reprenant la question).
  2. Bien remplir votre fiche Google My Business et indiquer votre localisation dans vos contenus quand cela est pertinent.
  3. Avoir un site « mobile-friendly », de préférence un site responsive.
  4. Faire en sorte que votre site se charge rapidement.
  5. Passer votre site en HTTPS.
  6. Obtenir des liens depuis des sites populaires ayant un thème similaire au vôtre et augmenter l’engagement sur vos réseaux sociaux.

Cependant, il faut bien garder à l’esprit que ce qui est efficace aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain. Comme il s’agit d’un domaine encore très récent, le SEO vocal évolue très rapidement. Il sera surement sujet à des changements dans les prochaines années, voire dans les prochains mois !

Pour ne rien manquer et rester à l’affût des bonnes pratiques, nous vous encourageons à suivre l’activité de notre blog webmarketing, à lire nos prochains articles et à nous suivre sur les réseaux sociaux !

 Une question ? Un projet ? Contactez-nous ! N° vert : 0 805 960 360 appel gratuit depuis un poste fixe Contactez-nous